Navigation Menu+

Les origines de l’art cinétique

Habituellement, les œuvres d’art (peintures, sculptures ou autres…) sont caractérisées par leurs aspects statiques. Pourtant il existe une forme particulièrement d’art qui elle, est caractérisée par cette dimension particulière que lui apporte le mouvement, il s’agit de l’art cinétique.

Comment associer la sculpture et l’art cinétique ?
 

Fichier attaché manquant

A tort, l’art cinétique peut être confondu avec la mécanique ou les automatons, choses tout à fait différentes. En effet, en tant qu’art, il s’agit ici de produire un effet à partir d’œuvres mécaniques. Autrement dit, il s’agit ici d’une combinaison entre sciences du mouvement et art.

L’art cinétique peut se retrouver au cœur des mécanismes actionnés par les forces naturelles (vent, eau, soleil) ou encore par des forces artificielles (main de l’homme, traction animale, ou encore moteur).

Le mariage entre sculpture et art cinétique est apparu dès le début des années 1910 mais le terme ne sera véritablement employé que vers le milieu des années cinquante. Alexander Calder est toutefois le premier artiste à avoir réellement intégré le mouvement aux sculptures. Le secret de l’œuvre réside dans un assemblage intelligent de pièces métalliques reliées entre elles avec des fils et grâce à la seule force du vent, se mettent en mouvement.

Pour associer sculpture et art cinétique, le talent et la créativité ne suffisent donc pas, une réelle connaissance et maîtrise des sciences physiques et surtout cinétiques sont indispensables.

L’art cinétique dans la société contemporaine

Fichier attaché manquant

L’art cinétique est considéré comme faisant partie du pop art. En effet, né dans les courants des années cinquante en même temps que le pop art, beaucoup accordentà cette forme d’art sollicitant le mouvement des liens avec le pop art.

Dans la société contemporaine actuelle, l’art cinétique reste d’actualité et fascine toujours autant. Le mouvement reste contestataire et se veut de montrer qu’il est possible de revenir aux ressources naturelles pour « enclencher les mouvements ». Par ailleurs, la plupart des œuvres d’art cinétique sont exposées à travers le monde dans les plus grands musées.